1 – Rencontrer votre nouveau patron

La première rencontre avec votre hiérarchique donne en général le ton sur la manière dont vous allez travailler ensemble. Pour vous c’est l’occasion d’apprendre ce qui est important à ses yeux et ainsi d’adapter votre comportement et votre action en ce sens,  et surtout lui demander précisément sur quels critères il jaugera votre travail. Et si votre nouveau patron n’organise pas cette rencontre, vous avez intérêt à demander et provoquer cette réunion dans les meilleurs délais.

2 – Accepter une mission qui vous fait peur

Votre patron peut avoir besoin de vous déléguer une tâche qu’il ne peut pas faire ou ne veut pas faire. C’est un moment crucial, le plus souvent un peu à l’improviste, il vous demande de le remplacer au pied levé pour une mission pour laquelle vous vous estimez pas tout à fait prêt. Votre tendance sur le champ vous incite à refuser, tout en sentant confusément en vous que vous devez accepter malgré la peur que vous inspire cette perspective. Pour avancer dans votre carrière, sauf dans certains cas extrêmes, vous devez dire oui à des propositions qui vous angoissent parce que vous ne l’avez jamais fait, mais il y a toujours une première fois, d’autres le feront à votre place, et vous raterez des opportunités d’évoluer.

3 – Gérer la première erreur grave

Cela arrive à des cadres très bien de se planter lamentablement. Tout le monde fait une erreur à un moment de sa carrière. Mais vous devez faire en sorte qu’elle ne brise pas votre cursus. Au lieu d’essayer de résoudre le problème ou pire de le balayer sous le tapis, vous avez intérêt à le confier à un collègue compétent en la matière, en ayant pris le soin d’en informer votre supérieur hiérarchique, et de lui demander son avis. La meilleure solution consiste à admettre votre faute et à lui indiquer ce que vous comptez faire pour corriger la situation, en montrant que vous êtes conscient de la situation et en assumez pleinement la responsabilité.
Lecture associée  Savourer vos erreurs : la clé du succès

4 –  Réussir le premier entretien d’évaluation

C’est une étape incontournable qui en général arrive à la fin d’un exercice. Vous devez présenter vos résultats à votre manager, discuter de vos réalisations de l’année écoulée, et vous assurer qu’il apprécie votre travail. Ce moment crucial est à préparer tout au long de l’année en établissant une liste de vos grandes et petites réalisations. Cela vous aidera à suivre votre succès et vous sera utile à lors de ces réunions régulières, votre manager sera sensible au recul que vous avez par rapport à votre propre action et à votre sens des responsabilités, même si les résultats ne sont pas à la hauteur de ce qu’il attendait de vous.

5 – Demander une augmentation de salaire

Un moment toujours délicat quand il faut parler d’argent et de carrière. La première fois que vous demandez une augmentation peut conditionner la suite de votre vie active. Le temps et le ton sont à respecter. Ainsi votre démarche sera plus heureuse si vous l’initiez après avoir mené à son terme un grand projet, si vous avez conscience de l’impact de vos actions performantes sur l’organisation et les résultats de l’entreprise. Toute demande d’augmentation de salaire doit être argumentée sur des faits, des chiffres, des données qui prouvent que vous avez réussi dans votre travail.
lecture associée  Comment négocier votre salaire : les conseils d’un recruteur

6 – Négocier avec votre hiérarchie

Dans ce cas, il ne s’agit pas d’argent, mais d’une démarche pour obtenir un avantage, une promotion, une semaine de vacances supplémentaires, un changement dans votre organisation… Même si vous ne demandez pas la lune, ce moment reste crucial pour votre avenir. En effet en agissant ainsi vous démontrez à votre patron que vous êtes prêt à poser des questions délicates et à vous battre pour obtenir ce que vous voulez. Si vous en restez à ce que vous avez, vous restez à ses yeux comme un suiviste.

7 – Démissionner et partir

Heureusement vous ne resterez pas au même poste, et un jour vous donnerez votre démission et partirez de cette entreprise qui vous a accueilli, c’est une première fois à ne pas rater. Vous devez quitter votre emploi avec le plus grand professionnalisme, en informer en priorité votre manager, éviter les bruits de couloir, respecter les règles en vigueur, et l’assurer de votre implication pour faciliter le changement que vous lui imposez. Mieux vaut éviter les doléances (cela est trop tard) et les raisons négatives de votre départ, cela ne sert à rien de vous faire des ennemis ni de vous créer une mauvaise réputation, bien au contraire laissez votre manager décider de la manière d’annoncer votre démission à l’ensemble de l’entreprise et aux clients.
lecture associée  Démissionner pour créer votre entreprise : pourquoi c’est une mauvaise idée

8 – Recruter un collaborateur

Au fur et à mesure de votre évolution vous allez animer une équipe et rechercher pour la première fois de votre vie à recruter quelqu’un. Agrandir votre équipe est un moment excitant, votre hiérarchie vous faisant confiance pour recruter de nouvelles compétences. Mais il s’agit  aussi d’une action dangereuse car si le collaborateur que vous avez choisi se révèle au bout de quelques mois comme une erreur de recrutement, votre hiérarchie vous considérera responsable et parfois coupable si vous n’avez pas pris les précautions nécessaires. Pour votre première recrutement renseignez-vous, prenez le temps, consultez des collègues plus aguerris et sollicitez leur aide.
lecture associée Secrets d’un chasseur de têtes pour recruter le meilleur commercial

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.