Les intelligences humaines libérées par l’intelligence artificielleCDM

Luc Julia, senior vice-président et directeur technique de Samsung Electronic

C’est de la Silicon Valley que vient Luc Julia. Nourri par le pragmatisme américain autant que par la recherche française, c’est son expérience qui parle quand il titre son livre « L’intelligence artificielle n’existe pas ». Provocateur ? oui et non. En fait il met les points sur les « i » et démolit tous les fantasmes générés par cette appellation, à l’origine dit-il du malentendu. « le véritable danger de l’I.A. et des robots, ajoute-t-il, vient de l’usage qu’on en fera, et donc de nous humains ». Pour Luc Julia, c’est OUI à l’I.A. mais à l’Intelligence Augmentée.

Luc Jullia, crédit photo Essec Business school

Pierre-Alain Raphan, chercheur, chef d’entreprise et député

Avec Pierre-Alain Raphan, les parallèles se rejoignent. Ses trois fonctions de chercheur, chef d’entreprise et député se recoupent s’agissant de l’Intelligence Artificielle. Le chercheur en sciences humaines considère que l’intelligence artificielle n’est pas seulement une affaire d’expert mais aussi un sujet de Société où chacun est interpellé, le député avait auparavant rejoint Emmanuel Macron après lui avoir adressé un projet de management transformant les Directions des Ressources Humaines en Organisations des Richesses Humaines. Le Chef d’Entreprise s’inquiète, lui, de savoir comment les pouvoirs publics comptent avec l’I.A accompagner la transformation des métiers et des parcours en valorisant le capital humain. Pierre-Alain Raphan pratique le Taekwondo au plus haut niveau, chante et joue de plusieurs instruments, sans aucun rapport cette fois, mais sait-on jamais…

Pierre-Alain Raphan crédit photo youtube.com 1

Thierry Jadot, Président de Dentsu Aegis Network France, Turquie et Moyen-Orient

Thierry Jadot a plusieurs facettes et presque plusieurs vies dans son profil. Président du groupe de communication Dentsu Aegis Network en France, en Turquie et au Moyen-Orient, il canalise le tsunami numérique au profit de ses partenaires et clients de la publicité et des médias. Il accompagne pour lui-même et pour les autres les applications digitales et les conséquences qu’elles génèrent sur l’Economie et la Société, une société qu’il souhaite ouverte et tolérante. Il a signé la charte de l’Association Jamais Sans Elles pour promouvoir la participation et la visibilité des femmes et lutter contre les stéréotypes qui s’attachent à elles, y compris bien sûr dans la pub. Hors de question de participer à un événement d’intérêt commun n’associant aucune femme. Thierry Jadot a les clés pour ouvrir les portes d’un accompagnement durable de l’I.A. avec des savoir-faire nouveaux, plus riches, plus humains et générateurs de liberté.

Thierry Jadot

Anna Notarianni, présidente de SODEXO France

Anna Notarianni, présidente de SODEXO France, illustre par sa présence et dans l’action le fait qu’en dix ans SODEXO a doublé le nombre de femmes à des postes de manager avec une progression de 15 à 30 % de cadres femmes. Face aux nouvelles technologies et à l’Intelligence Artificielle, elle répond en accompagnant leur développement inéluctable de valeur humaine. Elle mise sur l‘intelligence collective et la coconstruction, dans une recherche permanente de la qualité de vie au travail et une remise à zéro à chaque changement. Ayant fait HEC et l’ESCP Europe, elle est passée par le Conservatoire National des Arts et Métiers pour acquérir un diplôme en diététique et biologie agro-alimentaire.
Sa motivation ? Je n’ai jamais rien su faire sans passion dit-elle. Son moteur ? la volonté et le goût de l’effort qu’elle cultive depuis 30 ans avec du trekking et l’ascension d’un sommet chaque année.

Anna Notarianni

Carl Azoury, président de l’entreprise Zenika Group

Carl Azoury a pour objectif d’établir le lien entre l’humain et le numérique dans l’entreprise à travers Zenika qu’il a cofondé avec Laurent Delvaux pour être la société dans laquelle ils auraient aimé exercer comme consultants. Ainsi chez Zenika les consultants sont amenés aussi bien à développer des logiciels que d’effectuer du conseil ou animer des formations. Dans le cadre d’une transformation, il juge d’abord indispensable de se déprogrammer des habitudes et réflexes acquis. Pour Carl Azoury, l’Intelligence Artificielle va nous débarrasser de toutes les tâches répétitives et dégager de l’espace. Le capital humain peut alors être consacré à des tâches à valeur ajoutée. Carl Azoury cherche à maintenir, voire raviver, l’ambiance start up avec de petits groupes autonomes, et en même temps Zenika aide à la création d’entreprise par ses salariés via ZStart up qui après évaluation par un jury interne apporte un accompagnement technique de 6 mois avant présentation à des investisseurs. Zenika figure depuis 6 ans au Palmarès de « Great Place to Work » pour les entreprises de moins de 500 salariés avec au bout de 6 ans la première place du classement en 2018.

Carl Azoury crédit photo Youtube

Michel Rota, directeur associé Wellness Training

Michel Rota entend conserver à notre cerveau un coup d’avance sur l’Intelligence Artificielle. Ancien sportif de haut niveau ( water-polo), passé par les UFR STAPS de Lille et Montpellier et actuel directeur associé Wellness Training, leader de la prévention en entreprise, il mise sur l’oxygénation du cerveau avec tout un arsenal de prescriptions, activations d’aides au bien-être applicables « en direct » ou via des applications smartphone ou tablette par exemple… mais Michel Rota soigne aussi l’addiction au téléphone mobile et à la tablette pour une évolution durable des comportements. Tellement sûr de lui, pour un Euro investi dans son « wellness trading », il annonce 3,78 Euros d’économie réalisés sur la réduction de l’absentéisme.

Michel Rota crédit photo youtube.com-

Laure Closier, chroniqueuse à BFM Business

Laure Closier, chroniqueuse à BFM Business, couvre les curiosités, les aspirations, les interrogations du Collectif … dans sa chronique Happy Boulot de la tranche matinale Good morning business en compagnie de Michel, un personnage fictif qui présente l’avantage de pouvoir endosser tous les rôles pour toutes les situations. Le 13 novembre elle livrera ses informations, réflexions, conseils ou même alertes comme d’habitude avec humour dans un style enlevé et direct.

Laure Closier, chroniqueuse crédit photo BFM Business

Rendez-vous le 13 novembre 2019 à partir de 9 heures
Salle Pradeau, 10 rue du Débarcadère 75017 Paris
Pour vous inscrire  à cette causerie 
myriam.perrozet@collectifperformance.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.