Ce que vous apporte le réseau professionnel

Dans un premier temps, l’étude de l’Apec établit plusieurs catégories d’avantages et de ressources que peut amener un réseau professionnel :
Le soutien politique : soutenir l’individu pour des promotions, lui donner des occasions de se mettre en avant, lui fournir des moyens, des missions intéressantes et des informations précieuses, le défendre et l’initier au « jeux politiques » internes,
Le conseil de carrière : discuter et évaluer les options de carrière, suggérer des manières de faire et donner du feedback professionnel, « coacher » l’individu dans sa gestion de carrière,
La mise en relation : présenter des personnes potentiellement intéressantes professionnellement, recommander l’individu auprès d’autres personnes, transmettre des opportunités professionnelles,
Le soutien social : encourager, discuter sur d’autres sujets que le travail, apporter un feedback sur le comportement personnel plutôt que professionnel, apporter de la reconnaissance pour le travail effectué,
– L’inspiration : servir de modèle et de source d’inspiration pour les choix professionnels.

Pour évoluer dans sa carrière, le cadre a avant tout besoin d’un soutien politique. Et ce type de soutien, c’est le supérieur hiérarchique direct du cadre qui va l’apporter. Non seulement le supérieur hiérarchique est pourvoyeur de soutien politique tant qu’il supervise le cadre, mais il deviendra aussi un pourvoyeur de mise en relation lorsque ce dernier aura quitté son entreprise, à condition bien sûr de maintenir le contact. Conclusion : pour évoluer il est nécessaire d’investir la relation avec son supérieur hiérarchique et d’entretenir les relations avec tous ses anciens managers.

6 questions à vous poser pour évaluer votre réseau

Et vous, où en êtes-vous dans l’élaboration et le développement de votre réseau ? Pour mieux l’évaluer, l’Apec propose de vous  poser 6 questions :

1 – Avez-vous une bonne relation avec votre manager direct ? L’une des ressources les plus critiques pour le succès d’un carrière est le « soutien politique ». Et ce soutien n’existe pratiquement pas si votre hiérarchique n’est pas acquis à votre cause.
2 – Avec combien de vos anciens managers êtes-vous en contact régulier ? Vos anciens supérieurs hiérarchiques vous connaissent et ont accès à des informations que vous n’avez pas. À ce titre, ils peuvent vous recommander pour d’autres postes, vous donner des informations de première main sur des opportunités en dehors de votre entreprise, etc.

3 – Combien de personnes considérez-vous comme des « exemples à suivre » ? Le réseau sert aussi en vous apportant des exemples de trajectoires et de comportements marquants, que vous pourrez utiliser comme autant de « points de comparaison » avec vous-même et ainsi mieux connaître l’étendue des options disponibles.
4 – Combien de personnes connaissez-vous depuis plus de deux ans ? Les contacts qui sont anciens tendent à procurer moins de ressources, vos anciens managers étant la seule exception. Même si une certaine inertie conduit à s’appuyer toujours sur les mêmes relations, il faut renouveler vos contacts au gré de votre évolution professionnelle.
5 – Parmi vos 20 contacts les plus importants, combien vous ont été présentés par quelqu’un avec qui vous êtes en contact régulier ? Si vous avez été l’initiateur de la plupart de vos contacts, sans intermédiaire aucun, votre réseau est probablement assez faible, car il se limitera aux milieux qui vous sont directement accessibles. Les contacts qui ont le plus d’impact ne sont pas ceux qui vous apportent quelque chose, mais ceux qui ont eux-mêmes un bon réseau et vous y donnent accès.
6 – Etes-vous un réseauteur “politique, “développeur” ou “scrupuleux”? Un réseauteur “politique” se concentre sur les liens avec ses hiérarchiques. Cela peut clairement porter ses fruits, mais seulement dans le cadre d’une stratégie de mobilité interne. Un réseauteur “développeur”, qui fait peu de tri dans ses relations, développe tous azimuts, dans et surtout hors de son entreprise. Le risque est alors une forme de déperdition d’énergie. Un réseauteur “scrupuleux” constitue un réseau très resserré et durable, composé essentiellement de personnes qui ont un jour partagé des expériences professionnelles avec lui et connaissent donc sa valeur. Ce réseau est alors extrêmement solide et durable, toutefois son envergure sera forcément limitée, réduisant ainsi le champ des opportunités qui vous seront offertes.
Lecture recommandée Emploi : comment réseauter efficacement

* Etude de l’Apec menée par Barthélemy Chollet, professeur assistant à Grenoble École de Management et Séverine Ventolini, maître de conférences à l’Université de Bourgogne Le réseau personnel : quelles contributions à la carrière du cadre, janvier 2014.



Article précédentA voir au salon des entrepreneurs
Article suivantPour une simplification de l’administration
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+