Mieux comprendre votre besoin de reconnaissance

Plus vous avez le sentiment d’avoir été mal aimé ou aimé mal, plus il est vital de prouver votre valeur comme le montre de façon paroxystique le parcours des plus grandes stars aux enfances épouvantables. Le besoin de voir leur valeur confirmée devient alors le ressort puissant du succès. Malheureusement, en raison d’importantes failles narcissiques et d’une prise de risques hors norme, cette stratégie débouche le plus souvent sur une mort symbolique ou réelle prématurée. Dans de moindres proportions, on cherche souvent dans l’entreprise le reflet de son « importance ». Le problème est que nombre d’employeurs n’ont pas compris que là se trouvait le levier de l’implication durable qui préserve l’humain et fait prospérer l’entreprise. Si votre entreprise ne reconnaît pas votre mobilisation, ne remettez pas en cause votre valeur mais trouvez les moyens de faire reconnaître votre travail.
A lire aussi Manager, c’est créer les conditions dans lesquelles on aime travailler

Identifier des indicateurs de reconnaissance objectifs

La règle veut que vous projetez sur autrui vos croyances au sujet de vous-même et qu’en retour l’autre fait de sorte que cela devienne vrai. Donc, si vous croyez que vous n’avez pas/peu/pas assez de valeur, vous adopterez inconsciemment un comportement qui le montrera à votre interlocuteur et il agira en conséquence. Si c’est le cas, changez pour des croyances plus aidantes et dites-vous que généralement les incapables n’ont pas les moyens de questionner leur inaptitude. Pour chaque mission confiée, établissez une liste d’indicateurs de satisfaction objectifs c’est-à-dire qui dépendent à 100 % de vous et en fin de terme évaluez vous-même votre score. Petit à petit, vous augmenterez votre niveau de confiance et le sentiment de votre valeur atteindra des sommets car il se basera sur du concret. Vous pourrez également utiliser ces données pour argumenter lors de vos entretiens annuels.
A lire aussi  Comment avoir une super confiance en soi

Définir votre socle de valeurs personnelles

La nécessité financière, dont la pression est propre à chacun, fait que vous pouvez être obligé de travailler dans une organisation dont les valeurs sont en contradiction avec les vôtres. Cette non correspondance peut faire chuter le sentiment de votre propre valeur en déclenchant un sentiment de culpabilité ou de malaise. Il est très important de définir les trois valeurs qui sont non-négociables pour vous, ainsi que leur niveau minimum de satisfaction. Acceptez également l’idée qu’il est tout à fait toxique à long terme d’évoluer dans un milieu qui n’en satisfait aucune. Etre en accord avec vos valeurs est ce qui vous donne de l’énergie et vous permet de faire face à tout le reste.
Le salaire, les promotions, certaines formes de révérences sont des signes extérieurs de reconnaissance à privilégier car ils appartiennent à la dialectique classique de l’entreprise. Cependant, l’être humain dans sa grande majorité est aussi sensible à la forme plus humaine qu’est la reconnaissance par les mots du travail effectué, des efforts consentis, du rôle joué dans le succès d’une opération. Dans les moments de disette communicationnelle, rappelez-vous de la sagesse populaire qui dit qu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même.
A lire aussi  A quoi sert la gentillesse dans l’entreprise ?

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol
Article précédentLes « 4 accords toltèques » ou comment réussir, développer vos talents et asseoir vos valeurs
Article suivantComment choisir votre banque en ligne ?
nathalie vogelsinger-martinez
Coach certifiée et supervisée, Nathalie Vogelsinger-Martinez intervient auprès des cadres dirigeants et des porteurs de projet. Ses domaines de compétences sont la communication inter et intra personnelle (affirmation de soi, prise de parole, équilibre vie professionnelle/vie personnelle, bien-être au travail…), la présentation de soi en situation de recrutement ou de lancement d’activité, les problématiques liées à l’expatriation et la communication interculturelle. Egalement formatrice et chroniqueuse pour les rubriques Efficacité professionnelle, Management et Expatriation de magazines spécialisés. De formation universitaire en sciences humaines, elle a travaillé pendant plusieurs années au service communication des entreprises. Elle a publié aux Editions Universitaires Européennes La vie en toutes lettres ou comment s’aimer, aimer et être aimé. Trilingue français, anglais, portugais, elle est également traductrice du livre américain SoulCollage® Evolving, une approche créative de connaissance de soi..