Le reconnaître

Reconnaître que vous êtes victime du syndrome de l’imposteur vous aidera à le combattre. Au lieu de vous dire : « Je n’ai rien accompli, tous mes résultats ne sont dus qu’à la chance, » dites-vous plutôt : « J’ai du mal à reconnaître la valeur de mes résultats et de mes capacités. » Arrêtez de vous considérer comme un incapable. Le syndrome de l’imposteur est simplement une incapacité à intérioriser le succès, et non une incapacité à l’atteindre.

Surveiller votre petite voix intérieure

Le syndrome de l’imposteur est largement lié à votre propension à vous parler à vous-même. La prochaine fois que votre petite voix intérieure se met à dénigrer vos capacités et vos résultats, faites la taire. Prenez cinq minutes pour appeler un de vos amis ou un proche collaborateur et confiez-lui vos doutes. Souvent, le fait de dire tout haut ce qui vous passe par la tête suffit à vous en débarrasser, et si ce n’est pas le cas, de bons amis peuvent vous aider à voir les choses plus positivement.

Vous aimerez aussi : Comment avoir une super confiance en soi

Conserver une trace de vos succès

Chaque fois que vous recevez un email disant « Beau travail ! » et que votre manager mentionne les bons résultats de vos efforts, notez-le ou archivez-le dans un dossier spécifique. Dès que la petite voix dans votre tête commence à vous dire que vous n’êtes bon à rien, ouvrez ce dossier et souvenez-vous de quoi vous êtes capable. De même, lorsque quelqu’un vous félicite, ne rejetez pas le compliment. Dites simplement : « Merci ! ». Il est plus facile d’accepter et d’intérioriser vos succès lorsque vous arrêtez de les dénigrer.

Vous aimerez aussi : Les meilleures citations sur l’imposture

Oser vous lancer

S’imaginer faire quelque chose sans jamais passer à l’acte peut vous inciter à vous dénigrer vous-même, particulièrement lorsque vous êtes entouré de personnes que vous considérez comme plus capables que vous. Arrêtez ce perfectionnisme stérile et lancez-vous, vous pourrez vous améliorer par la suite. Et si vous n’êtes vraiment pas sûr de vous, demandez de l’aide et des conseils à vos collaborateurs. Si possible, rapprochez-vous d’une personne que vous admirez afin qu’elle vous serve de mentor. Elle vous apprendra comment elle a progressé et acquis sa propre confiance en soi.

Vous aimerez aussi : Comment avoir un mental de champion

Sortir plus fort de vos erreurs

En plus de dénigrer votre travail, lorsque vous êtes en proie à cette chimère, vous avez souvent tendance à faire une fixation sur vos échecs. Tout le monde en fait, même les plus grands champions. La perfection ne fait pas partie des pré-requis de votre job ! Rappelez-vous, un travail bien fait et un projet réussi sont le plus souvent le résultat d’un long processus au cours duquel on se trompe, on essaie autre chose, on se trompe de nouveau avant de finalement trouver ce qui fonctionne. Un des grands avantages des « experts » dans un domaine quelconque est qu’ils ont compris cela et leur expérience leur a appris tout ce qu’il ne faut pas faire.

Continuer d’apprendre et renforcer vos atouts

Nous sommes tous des personnes en devenir. Si vous vous améliorez sans cesse – tout en reconnaissant les progrès que vous avez réalisés – vous arrêtez de vous sentir en situation d’échec permanent et commencez à vous attribuer à la fois vos faiblesses et vos réalisations.  Reconnaître vos points forts et les renforcer en acquérant régulièrement de nouvelles compétences augmente la confiance que vous avez en vous. Vous apporterez alors une vraie valeur ajoutée à votre équipe.
*Par Andrew Filev, CEO de Wrike

Vous aimerez aussi : Savourer vos erreurs : la clé du succès

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.