En tant qu’étranger, obtenir un emploi au Québec nécessite de bien connaître le marché du travail, mais aussi les us et coutumes des habitants de cette province canadienne francophone en matière de recherche d’emploi. Ainsi, indique le site québécois spécialisé Jobboom*, dans son guide “Faire carrière au Québec”, il faut, par exemple, savoir chercher un emploi comme les Québécois en mettant en avant ses compétences plutôt que ses diplômes car l’expérience a souvent plus d’importance  la formation. Voici les 10 règles de base à respecter, selon Jobboom.

1 – Le français est la langue de travail

Le français est considéré comme la langue de travail au Québec, selon la Charte de la langue française, souligne Jobboom. Un employeur ne peut pas exiger la connaissance d’une autre langue que le français pour un emploi, à moins que cela ne soit essentiel pour l’accomplissement du travail.

2 – L’égalité homme-femme

Le Québec est une société égalitaire où les femmes ont les mêmes droits que les hommes. Au niveau professionnel, les femmes sont présentes dans tous les domaines et à tous les niveaux hiérarchiques. Dans une entreprise, hommes et femmes ont le même salaire pour un emploi équivalent.

3 – Les compétences plutôt que les diplômes

Au Québec, et d’un manière générale en Amérique du Nord, ce ne sont pas les diplômes qui sont importants, mais ce qu’on en fait ! D’où l’importance de mettre en avant lors d’un entretien d’embauche vos expériences passées plutôt que vos diplômes.

4 – Pas de photo sur votre CV

Pour éviter d’inscrire sur son CV des éléments qui pourraient laisser place à la discrimination, il ne faut pas indiquer des éléments personnels comme l’âge, l’état civil, la taille, le poids ou encore l’origine ethnique, etc. Dans le même ordre d’idées, ne mettez pas de photos sur votre CV !

5 – Semaine de 40h

Depuis le 1er mai 2014, le salaire minimum général est de 10,35 dollars canadiens de l’heure et de 8,90 dollars pour les salariés au pourboire. La semaine normale de travail est de 40h et les heures supplémentaires sont payées avec une majoration de 50% du salaire horaire.

6 – Rapports hiérarchiques moins formels

Au Québec, les rapports entre patrons et employés moins formels qu’en France. Le tutoiement est courant et les patrons sont généralement accessibles et ouverts : il n’est pas rare qu’ils consultent leurs employés avant de prendre une décision.

7 – Des “5 à 7” sociaux entre collègues

Les activités sociales entre collègues sont très fréquentes, notamment durant la plage horaire “5 à 7” (dîners de groupes, etc). Mais cela n’empêche pas les salariés d’établir une frontière nette entre vie privée et vie professionnelle.

8 – Des syndicats très présents

Le Québec affiche un fort taux de syndicalisation avec près de 4 travailleurs sur 10 qui font partie d’un syndicat. La proportion de travailleurs syndiqués est particulièrement forte dans la fonction publique avec un taux de 80%.

9 – Etre ponctuel

Grande différence avec la France, la ponctualité est très importante aux yeux des employeurs du Québec. Il est donc essentiel d’arriver à l’heure au bureau et d’être ponctuel lors de ses rendez-vous personnels.

10 – L’esprit d’équipe

Les entreprises québécoises misent beaucoup sur le travail en groupe. La coopération et l’esprit d’équipe sont des valeurs très prisées par les employeurs. Il faudra collaborer avec des collègues à divers projets mais dans lesquels chacun aura un rôle bien défini.

* www.jobboom.com



Article précédentLes outils psy : un piege à c…?
Article suivantComment éviter d’être surchargé d’e-mails
Sophie Lhameen
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+