Lorsque vous postulez à un emploi, n’oubliez pas vous renseigner concernant l’entreprise que vous ciblez. Histoire de ne pas rester bouche bée lorsque que le recruteur  vous demande : “alors, qu’est-ce qui vous a attiré vers notre entreprise ?” et de passer à côté du poste que vous convoitez. Voici trois astuces proposées par le site Careerealism.com* librement adaptées pour vous renseigner sur votre futur employeur en utilisant internet et les réseaux sociaux et savoir si vous vous y sentirez bien.

1. Contacter ses collègues potentiels

La plupart des entreprises disposent d’une page “collaborateurs” sur leur site. Sur cette page, l’entreprise listera les salariés du top management. Vous pourrez relever les noms, un contact parfois, de personnes avec lesquelles vous seriez amené à travailler si vous obtenez le poste. Prenez dans un premier temps connaissance de leur profil LinkedIn pour voir sur quels projets ces personnes travaillent. Puis tentez d’engager la conversation. Enfin, si le contact est noué, essayez d’obtenir un entretien informel qui vous permettra de comprendre la façon de travailler de ces managers, de mettre en oeuvre les premières interactions positives, et de développer des relations sûrement payantes pour le futur.

Attention: ne soyez pas désagréable ou exigeant lorsque vous contactez ces managers ! Sollicitez-les avec simplicité et professionnalisme, présentez-vous, dites- leur que vous êtes intéressé d’apprendre davantage sur la société et l’environnement de travail au sein desquels ils évoluent. S’ils répondent, allez-y. Sinon, oubliez et laissez-les tranquilles.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



2. Découvrir les posts de ses futurs employeurs

Aujourd’hui tout le monde est sur les réseaux sociaux, y compris les employeurs. Recherchez les sur Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube, Pinterest, etc. Etudiez attentivement les sujets qu’ils tweetent, postent ou podcastent. Vous avez là beaucoup de matière pour vous rendre compte des valeurs de la société pour laquelle ils travaillent.

Lorsque vous examinez les canaux sociaux des entreprises, posez-vous les questions suivantes : Quelle est la nature des événements dont ils font la promotion ? Quel est le genre d’articles partagent-ils ? Quelle est la façon dont ils interagissent avec leurs “suiveurs” ? Prenez note de tout ce qui vous a sauté aux yeux. Si quelque chose attire particulièrement votre attention, faites-en état dans votre lettre de motivation ou lors de votre entretien.

3. Consulter les jugements des salariés sur leur compagnie

Il existe des sites américains tels que Indeed et Glassdoor où vous pouvez savoir ce que les salariés ou ex-salariés pensent de leur entreprise. Indeed, qui est un site de recherche d’emploi, propose un classement des meilleures entreprises où il fait bon travailler selon les notes attribuées par ceux qui consultent le site. On y trouve en numéro 1 la société de logiciels informatiques Xero, ou en numéro 3 l’armée de l’air américaine, tandis que Google se trouve relégué à la 41ème place du classement. Pour le site Glassdoor, le top 5 des meilleures sociétés est plus classique : Bain & Company, Twitter, LinkedIn, Eastmon Chemical et Facebook.

Par le biais de ces deux sites américains, les salariés ou ex-salariés peuvent faire des commentaires sur l’entreprise dans laquelle ils travaillent (organisation, culture), leurs conditions de travail, leur rémunération et même les expériences d’entretiens de recrutement passés. Reste que ces deux sites sont focalisés sur les Etats-Unis. Pour la France et l’Europe, il peut être utile de consulter des sites tels que Great Place to Work qui établit chaque année en juin un palmarès européen des meilleures entreprises où il fait bon travailler. Mais au contraire de Indeed et Glassdoor, ce classement n’est pas réalisé en direct par les salariés…

Pour consulter l’article, cliquez ici.

Article précédentPlanifier votre action, c’est bien, oui, mais pas trop !
Article suivantCadre : temps de travail et travail du temps
Après avoir été dans une première vie assistante de président dans le BtoB et le BtoC, Anne à 44 ans réussit une reconversion professionnelle pour être responsable en ressources humaines. Après 7 ans d’exercice en entreprise, elle exerce aujourd’hui en freelance comme DRH en temps partagé. Trilingue (anglais, néerlandais et français), au service du dirigeant, son challenge est le changement pour le bien-être des salariés. Parmi ceux qui disent mettre l’homme au coeur de l’organisation, combien le font ? Manager les hommes se résume en trois mots : empathie, fermeté et exemplarité. Elle prépare sa troisième vie en écrivant des articles et en commençant une thèse de doctorat…