Didier Deschamps. Crédit photo : obuoba.fr.

Tout le monde veut réussir

Pourtant beaucoup sont peu disposés à s’investir dans ce but, estimant qu’ils peuvent apprendre par eux-mêmes. Etonnant comme réaction et surtout présomptueux, surtout quand il s’agit d’éviter de faire certaines erreurs, donc gagner du temps dans votre projet. Après tout, votre vie entière est ​​apprentissage. Jeune, vous apprenez sur les bancs de l’école, vos parents vous donnent quelques leçons importantes, en sport vous avez eu un entraîneur. L’éducation et la formation vous accompagnent depuis toujours. Chaque entrepreneur a besoin d’un entraîneur, parce que la façon la plus rapide d’apprendre dans toute entreprise est d’étudier avec quelqu’un qui l’a déjà réussie. Celui qui a payé le prix de l’expérience vous transfèrera des richesses. Mieux vaut profiter des informations que vous pouvez en retirer. A long terme, le bon mentor vous fera économiser temps et argent.

Son expérience

La première chose à vérifier est son expérience. Qu’a-t-il accompli ? Est-ce ce que vous voulez faire ? Il vous faut choisir quelqu’un qui a vraiment payé le prix et peut parler de ses expériences. Idéalement il a échoué et réussi. Le diable est dans les détails, c’est bien connu, demandez des témoignages de ses anciens mentorés, et bien sûr passez du temps pour le googliser, Google garde tout, même les plaintes.
Pour approfondir le sujet les 3 piliers du coaching d’affaires

Son attitude

La bonne attitude vient avec le temps. Le bon coach a traversé des expériences, et possède recul et humour sur ce qu’il a fait. Il voit les choses d’une manière globale, avec ampleur et hauteur de vue, il jouit d’une bonne maîtrise de ses émotions, et montre patience, persistance et détermination.

Son goût du partage

Un bon coach est prêt à partager ses expériences avec vous, les bonnes comme les mauvaises. Si vous avez le sentiment qu’il garde certaines infos, c’est le signe qui doit vous alerter dans votre choix. Vous apprendrez beaucoup plus de quelqu’un qui se comporte avec vous d’une manière foncièrement transparente.

L’expertise dans son domaine

Ce coach intervient-il régulièrement dans de réunions professionnelles, des conférences, des congrès ? A-t-il écrit un livre ? Trouvez-vous sur Google des interviewes de lui par des journalistes ? Etudiez bien ces éléments, pesez ce qui est sérieux et ce qui peut être de l’écume médiatique ou des faire-valoir de complaisance. A trop vouloir convaincre, on finit par dissuader.

Sa disponibilité

Vous devez pouvoir le joindre facilement. Le bon entraîneur comprend vite que son type habituel d’intervention ne vous convient pas, et personnalise un programme pour vous. Avez-vous affaire à quelqu’un qui se soucie de vos problèmes et préoccupations ? Demandez-lui combien de temps il peut vous consacrer, sa charge de travail et sa disponibilité. Précisez bien tous ces détails avant de vous décider.

Ce qu’il attend de vous

Demandez-lui ce qu’il attend de vous. Un bon coach vous responsabilise et vous indique dès le départ ce dont il a besoin de votre part, en termes de temps et d’engagement. S’il ne vous demande pas combien et comment vous êtes capable de vous investir, cela est très mauvais signe. Ecartez tout de suite un mentor ou un coach avec lequel vous n’avez pas validé ce point très important.
Pour approfondir le sujet  Comment exceller en management et en beaucoup d’autres choses

L’amour d’apprendre

L’enseignement est une compétence qui s’améliore au fil du temps, se bonifie comme un bon vin. Le bon mentor aime aider les autres, enseigner et vous traite dès le début avec égard, ce qui est un bon indicateur de sa façon d’agir dans le temps. Son retard au premier rendez-vous est mauvais signe. Vous avez besoin d’un entraîneur ponctuel et respectueux de votre temps, donc de vous-même.

Son engagement à vos côtés

Un bon entraîneur a pour objectif de vous rendre rapidement autonome, mais pas nécessairement de vous voir disparaître rapidement de son planning. Si cela ne va pas aussi vite que prévu, il se soucie de la façon dont vous agissez et s’investit à vos côtés. Si vous trouvez un entraîneur qui vibre avec vous pour votre projet, vous avez trouvé le bon, presque un ami, qui aime partager votre succès et sentir qu’il en fait partie.

Bien distinguer coach et mentor

Cet article utilise volontairement le mot coach et mentor. Si les critères de choix sont comparables, leurs rôles sont différents, vous devez bien distinguer ce que vous apporte et l’un et l’autre. Le coach vous accompagne dans la vie professionnelle ou personnelle, de manière personnalisée, dans le but d’obtenir des résultats concrets et mesurables. Le coaching est un exercice autonome de la raison, guidé par le dialogue ou par la maïeutique socratique : savoir poser le problème, trouver par soi-même des solutions variées, faire progresser votre façon de voir les choses et la vie.
Le mentor, expérimenté, souvent un supérieur hiérarchique se positionne en guide et en sage, alors que le coach se situe à vos côtés dans une position d’égalité. La pratique du coaching professionnel place le coach en posture haute dans un processus de changement, et basse quand il vous aide à progresser en autonomie. Coach et mentor sont aussi à distinguer du conseil qui se situe du côté de l’organisation.
Pour approfondir le sujet  le “reverse mentoring”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.