Internet, Facebook et les comptes des morts

Tout existe sur internet. Des sites dédiés à la transmission de votre patrimoine numérique ou de tout autre document à transmettre à vos proches promettant un service innovant : 2day4ever, la Vie d’après, Foruforever, Edeneo, Eternissim, Mémoire des Vies, Phoemya, PeopleMemory, Funéraire direct (pompes funèbres existant uniquement sur Internet) et aussi obsèques-infos et iquietis (comparateur de prix). Facebook  compte des milliers de morts qui ont laissé leur compte sans hériter désigné. C’est  mathématique, avec un  milliard d’utilisateurs, Facebook compte chaque année des morts d’autant plus que les seniors deviennent aussi des accros du réseau de Zuckerberg. Des sociétés se chargent maintenant de transformer leur compte en une sorte de mémorial numérique. Lorsqu’un utilisateur décède, Facebook transforme son compte en compte de commémoration pour protéger sa confidentialité. “Personne ne peut se connecter à ce compte, aucun nouvel ami ne peut être accepté,  selon les paramètres de confidentialité du compte de la personne décédée, ses amis peuvent partager leurs souvenirs sur le journal de commémoration. Tout le monde peut envoyer des messages privés à la personne décédée. Les contenus qui ont été partagés par la personne décédée (par ex. : les photos, les publications) restent sur Facebook et sont toujours visibles par les personnes avec qui ils ont été partagés.” Cela pose la question du tombeau numérique, et de la gestion des données après la mort. Facebook propose aux familles du défunt des solutions pour gérer le compte après sa mort, chaque utilisateur pouvant désigner un gestionnaire qui pourra upprimer le profil ou l’alimenter sous forme d’hommage.

La croissance malgré un taux de fidélisation nul de ses clients

Sur le numérique comme dans le réel, la mort crée des richesses, 550 000 décès en France chaque année, le business de la mort a de beaux jours devant lui, au-delà de la peine de tout un chacun qui perd un proche, il s’agit au niveau national d’une activité qui se développe, crée des emplois “non-délocalisables”, et malgré un taux de fidélisation nul de ses clients poursuit sa croissance malgré la longévité de la vie.

 

Le funéraire ne connaît pas la crise

Pas plus que le chômage, ou la récession. Le salon de la Mort  en 2011 ( celui de 2012 n’a pas eu lieu) rassemble plus d’une centaine d’exposants pour une activité qui génère bon an mal an plus de  3 milliards d’euros en France.  114 exposants, 14.500 visiteurs, une presse présente,  22 conférences ayant attiré 4100 auditeurs,  visionnées sur internet par plus de 20.000 personnes, et  plus de 5 millions de références « Salon de la Mort » sur google.  Le prix d’un enterrement avoisine 4000 euros et l’achat de fleurs et d’urnes… atteint 870 millions d’euros. 3000 entreprises occupent ce marché de la mort et à partir de 2013 un diplôme national sera nécessaire pour exercer le métier de pompes funèbres, alors qu’aujourd’hui suffit l’autorisation du préfet.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Trouver un emploi dans le funéraire

Tous les ans grâce à l’innovation et à l’amélioration des services personnalisés, des emplois naissent  dans  les domaines médicaux, économiques, juridiques, culturels et philosophiques. Le tabou sur  la fin de vie tombe peu à peu. La crémation représente plus de 30 % des décès dans un pays qui n’a que 9 crématoriums. En 2030, les crémations concerneront plus d’un décès sur deux, plus simple, plus économique ( prix moyen 550 €), la crémation séduit une population grandissante de français. L’écologie s’occupe aussi de la mort avec des cercueils et des urnes 100 % recyclables, une filière bois écocertifiée, et un projet de reforestation sans contrepartie financière. Les métiers se féminisent à part ceux de porteurs, chauffeurs et marbriers, la parité est respectée, on recrute des conseillères funéraires, des assistantes conseils, des directrices de secteur, des thanatopractrices.

http://www.pfg.fr/travailler-chez-pfg/offres-emploi/Home?p=3,
ttp://www.ogf.fr/ressources-humaines
http://www.groupe-roc-eclerc.com/emplois/
http://www.pascal-leclerc.com/offres-emplois/

Les principaux acteurs

– Les pompes funèbres Anubis (assistance funéraire pour les décès survenus à l’étranger),
– Les Pompes Funèbres Générales – Roblot
– Roc-Eclerc,
les Services Funéraires de la Ville de Paris,
– Le Vœu,
– Funeris,
– Point Funeplus,
– Le Choix Funéraire,
– les Pompes Funèbres Pascal Leclerc,
– les Etablissements Santilly,
– Hygeco (40.000 soins funéraires par an),
– la société Lutèce Internationale, spécialiste du convoi funéraire et du rapatriement international.
A ce cœur de métier s’ajoutent les spécialistes des contrats obsèques et de l’assurance vie : Office National de Prévoyance Funéraire, Fape Obsèques, JPV Assurances, Garantie Obsèques et sa nouvelle entité Idr-Hommages, qui propose ses services en amont à travers la réalisation d’une œuvre de mémoire et en aval pour l’organisation de la cérémonie familiale.
D’autres acteurs participent à ce marché de la mort avec des associations comme
– Aide au Veuvage (Favec),
– Dialogue & Solidarité (Ocirp),
– Don d’organes (Fédération des associations pour le don d’organes et de tissus humains, Adot),
– les Petits Frères des Pauvres,
– la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP),
– l’ASP Fondatrice,
– Vivre son deuil,
– la Société Française de Thanatologie,
– la Fondation Pompes Funèbres Générales,
– le Groupement d’écrivains conseils (GREC) pour la rédaction des mémoires.
Sont aussi intéressés par ce marché
– le Service Catholique des Funérailles,
– le Conseil Supérieur du Notariat

Représentent les différents métiers du funéraire,
– la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF),
– la Confédération des Professionnels du Funéraire (CPFM) avec  l’EFFA, son école de formation aux métiers funéraires,
– la Fédération Française des Pompes Funèbres et son école de formation l’ENAMEF.

La mort inspire l’innovation

Sur le thème de la « La Mort autrement » des services personnalisés innovants existent avec une approche de la mort originale :
“En Sa Mémoire” entretient et fleurit les tombes tout au long de l’année, et Embaumement Occitan-Formation tente de percer sur le marché.
– La psychothérapeute Gislaine Duboc organise dans  deux centres (“Le Cœur du Hérisson” en Normandie et “Le Mas des vieilles pierres” dans les Cévennes) des séminaires d’accompagnement dans le deuil.
– La société “Arbres de Mémoire” propose un parc de recueillement pour ceux qui ont choisi la crémation, offrant une nouvelle destination écologique et pérenne pour les cendres.
“Repose in Light”  bouleverse l’art funéraire avec des monuments esthétiques alliant la création artistique à la technologie solaire utilisée notamment dans l’architecture moderne : “Heliostèle”.
– La société TBE-Vert réalise des stèles végétalisées, mélange de plantes sur le marbre d’une sépulture.
“Photo-défunt” sur internet vend en ligne de plaques funéraires personnalisées en stratifiés, avec photo en couleur.
“Movieternity” fait des des témoignage pour être sûr de laisser à tous ses proches un souvenir durable, vivant et personnalisés vidéo. Les personnes choisies par le défunt ont accès à la vidéo grâce à un code confidentiel via un site dédié et sécurisé.
– Des créateurs font des urnes haut de gamme et uniques, “Extra Céleste”,  “gkb créations”, “Alternita” et “Chevillard” (Entreprise de Patrimoine Vivant).