Le rapport RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) permet de vérifier le niveau d’implication d’une entreprise sur la société et sur l’environnement. Ce document ne concerne que les grands comptes alors qu’il est de plus en plus demandé et plébiscité. Dans ce contexte, certains acteurs proposent aux TPE & PME un diagnostic RSE facile et rapide avec un accompagnement personnalisé à la clé.

Entreprises et consommateurs recherchent de plus en plus des partenaires éthiques

De plus en plus de particuliers, professionnels ou investisseurs souhaitent se rapprocher uniquement d’entreprises responsables et éthiques, que cela soit pour faire affaire, consommer ou encore investir … Il est toutefois compliqué de se forger une opinion juste et objective quant au niveau d’équité d’une organisation.

L’implication sociale d’une entreprise est effectivement un concept global que l’on retrouve dans de nombreux détails : dans le choix de ses sous-traitants, par exemple ou des matériaux de production, dans sa politique d’investissement, son mode de management, le niveau de salaire versé aux effectifs.
Lecture associée RSE : 10 exemples à mettre en oeuvre dans votre entreprise

Le rapport RSE, seul outil de vérification disponible

Actuellement, le seul outil permettant de vérifier concrètement l’impact positif d’une entreprise sur la société, tout du moins de connaître son niveau d’équité est ce que l’on appelle le rapport RSE (RSE pour Responsabilité Sociétale des Entreprises), appelé désormais diagnostic de performance extra-financière.
Il s’agit d’un document annuel rédigé par l’entreprise elle-même pour rendre compte de ses engagements et ses actions en matière de responsabilité sociétale et de développement durable.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Le rapport RSE comporte de nombreux éléments tels que la situation financière de l’entreprise, ses émissions de CO2, les rémunérations et leurs évolutions, les temps de travail, le niveau d’absentéisme, l’organisation du dialogue social, les conditions de sécurité et de santé des collaborateurs, la politique de formation interne, les actions concrètes, les retours et les objectifs à venir en matière de RSE…  sur des sujets tels que les droits de l’Homme et l’égalité des sexes, le respect de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, la gestion des déchets, l’utilisation des ressources …

Le rapport RSE, ou diagnostic de performance extra-financière, est obligatoire pour les entreprises cotées qui enregistrent un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros ou un effectif supérieur à 500 salariés. Elles sont tenues de le publier auprès du grand public. Les autres entreprises, TPE, PME, ETI, sont libres de s’engager ou non dans cette démarche d’analyse interne puis de communication.

Un paysage RSE disparate et confus

Le résultat des courses, c’est que le paysage RSE est plutôt disparate. Les grandes entreprises communiquent leurs actions au sein de rapports longs et fastidieux dans lesquels il est difficile de trouver des informations ciblées. Les TPE et PME freinent à se lancer dans ce type de documentation au format complexe alors même qu’elles sont susceptibles d’entamer une démarche RSE.
In fine, les acteurs économiques passent à côté de l’essentiel et les personnalités en quête de partenaires éthiques et transparents peinent à faire le tri.
Lecture associée  Entrepreneur : 5 « call to action » pour entamer la décennie de la rupture !

Une aide au diagnostic RSE pour les petites entreprises

 C’est dans ce contexte et pour aider les petites entreprises à s’engager clairement que sont nées les initiatives d’accompagnement à la RSE. Des conseillers dédiés présents dans les chambres de commerce et d’industrie proposent des diagnostics RSE avec des propositions d’axes d’amélioration. Ces diagnostics sont réalisés directement dans les locaux de l’entreprise et peuvent être subventionnés, notamment par l’ADEME ou Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

De même, des outils d’auto-diagnostic fleurissent dans l’optique d’aider les entreprises à se situer rapidement vis-à-vis de leur engagement RSE, via les chambres de commerce et d’industrie ou des plateformes comme celles créée par la startup lyonnaise Gen’éthic, par exemple. Celle-ci propose un diagnostic RSE gratuit avec à la clé, la possibilité de rendre la note publique (facultatif) mais aussi celle d’être accompagné sur les différents points d’amélioration proposés.

Ces initiatives tendent à une meilleure visibilité des organisations au sein du paysage RSE, tout en accompagnant les structures qui en ont besoin vers un engagement concret, entier et visible auprès de leurs partenaires et clients, notamment pour les plus petites entreprises.

Les attentes RSE, en bref et en chiffres

    • 90% des dirigeants de PME/ETI françaises mènent des actions RSE alors qu’elles n’ont aucune obligation de publier de rapport dédié – Source : Bpifrance Le Lab
    • 50% des dirigeants de PME/ETI ont une véritable démarche RSE et 25% une démarche structurée avec un plan d’actions à court ou moyen terme – Source : Bpifrance Le Lab
    • 55% des salariés (et 76 % des millenials) estiment que l’engagement sociétal d’une entreprise est plus important que le salaire – Source Cone Communications, CSR Study, 2017
    • 70% des salariés français voudraient être plus impliqués dans la stratégie RSE de leur entreprise – Source : Baromètre RSE Ekodev, Des enjeux et des hommes-Occurrence, novembre 2017
    • 65% des consommateurs achètent ou boycottent une marque selon ses prises de position et son degré d’implication RSE (+15 points entre 2017 et 2018) – Source : Elan Edelman, Earned Brand, 2018