L’intelligence émotionnelle, un trait inné et une compétence qui s’acquiert

Si vous êtes émotionnellement intelligent, vous êtes résilient, vous savez garder votre calme en toutes circonstances, surmontez rapidement une colère et passez à autre chose. Ainsi vous devenez celui sur lequel on compte en cas de crise, ce qui vous confère la qualité de leadership. L’émotionnellement équilibré ne se laisse pas déborder par les contingences immédiates et préfère garder un œil sur les objectifs à long terme. Faisant preuve d’empathie vous comprendrez rapidement les sentiments et les actions des autres, ce qui vous facilitera l’élaboration d’une communication à géométrie variable, adaptée à chaque interlocuteur qui l’appréciera d’autant plus et s’en montrera reconnaissant et motivé. L’intelligence émotionnelle est à votre portée, certes au prix d’un certain effort car cela vous allez devoir sortir de ce que l’on appelle votre zone de confort.

La confiance en soi à la base de la réussite

Pour être émotionnellement intelligent, vous devez atteindre un certain degré de conscience de soi. Cela  ne sert à rien de simuler la confiance en soi, vous ne pouvez pas donner le change tout le temps et avec tout le monde, et votre entourage s’en rendra compte rapidement ou bien inconsciemment ressentira un comportement truqué chez vous. Vous travaillerez plus efficacement si vous avez une confiance en soi réaliste, si vous comprenez vos sentiments, et en tenez compte pour vous adapter. Et si vous ne possédez pas cette forme d’intelligence naturellement, la bonne nouvelle c’est que vous pouvez l’acquérir.

Vous entourer de collaborateurs plus émotionnellement  intelligents que vous

Qui se ressemble s’assemble, d’une manière générale vous êtes le dénominateur commun des personnes que vous avez autour de vous. Si vous faites l’effort de vous entourer de professionnels que vous admirez, qui possèdent des qualités comme l’intelligence émotionnelle, vous renforcez votre équipe et  prenez une sérieuse option pour réussir. Et vous attirerez d’autres collaborateurs en fonction de ce que vous faites, de ce que vous dégagez comme énergie et de ce que vous pensez de vous. En fait il n’y a pas de hasard dans la vie professionnelle, c’est vous qui choisissez, et vous ne devez pas craindre de collaborer avec quelqu’un de plus compétent ou performant que vous dans un domaine, au contraire vous vous féliciterez de l’avoir près de vous car il influence positivement votre vie.
Lecture associée  Les qualités qui manquent le plus aux managers français

Pratiquer l’écoute active et devenir empathique

Vous l’avez déjà remarqué, la plupart des personnes n’écoutent pas naturellement et  attendent leur tour pour parler, au lieu de se concentrer sur ce que vous dîtes, elles réfléchissent à ce qu’elles vont vous dire. L’écoute consciente, active, vous demande l’effort de vous arrêter de penser à vous et à ce que vous voulez dire, pour pouvoir vous consacrer à écoute. A plus forte raison si vous occupez une fonction de manager, d’animateur ou de leader, vous devez centrer votre attention sur les autres pour connaître et gérer leurs émotions. Repérer leur ressenti, la manière dont ils réagissent à vos paroles ou à un de vos comportements, revient à vous mettre à leur place. Cela prend du temps pour parvenir à un certain niveau de performance en la matière, mais cela vaut la peine de persévérer car à terme vous en serez récompensé. Votre écoute active engendre les bénéfices de l’empathie, pilier de l’intelligence émotionnelle, ce qui vous rend à terme incontournable dans vos relations avec les autres, et assoit votre leadership.

Analyser vos erreurs et identifier votre mode de fonctionnement  

Vous devez apprendre des erreurs que vous commettez et des échecs que vous essuyez. Notez-les et analysez-les, ainsi vous ferez des progrès, c’est un exercice ingrat,  mais prenez le temps d’observer ces expériences malheureuses sinon vous continuerez à les répéter. L’intelligence émotionnelle se cultive dans une exercice quotidien, identifier vos émotions et celles des autres, en prendre conscience, les comprendre, les utiliser pour résoudre un problème, guider une décision, orienter une conversation. A terme, dans un moment de conflit, vous saurez rester calme ou trouver le dynamisme pour faire face aux émotions des autres. Pour avancer dans ce travail, mieux vaut nommer chaque émotion qui se manifeste en vous, joie, tristesse, peur, colère… puis observez-la en prenant le temps de comprendre comment elle survient dans telle ou telle situation, en présence de telle ou telle personne. Peu à peu, vous discernez votre propre mode de fonctionnement, ce qui provoque chez vous telle émotion, et saurez mieux l’anticiper à l’avenir, prendre du recul et choisir la réaction la plus appropriée. En verbalisant vos émotions, vous allez mieux les contrôler et moins les subir, et inciter les autres à exprimer les leurs, ce qui facilite la compréhension mutuelle et instaure des relations saines.
Lecture associée  Les erreurs à ne jamais faire deux fois 

Cultiver votre intelligence émotionnelle pour développer votre créativité

Les émotions, en vous bombardant de multiples informations que vous n’auriez pas eues sans elles, deviennent de précieuses sources d’inspiration. Mieux vaut donc les connaître et devenir plus sensible à ce qui se passe en vous. Vous vous ouvrez et portez ainsi un regard sur vous et les autres qui est différent des normes, des conventions, des statuts et du raisonnement. Ces émotions puisant dans vos expériences suscitent des associations d’idées et sollicitent des circuits inhabituels de votre cerveau. En exploitant ces infos délivrées par vos émotions, vous initierez  un flux de pensées de manière originale et trouverez des solutions inattendues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.