Un grand principe
de communication de crise

Autre grand principe de la communication de crise : « créer l’ambiance » quand on a un message plutôt raide à faire passer, c’est-à-dire… mettre les formes ! On ne « balance » pas n’importe quelle information sur le même ton, ni selon le même canal, ni même surtout selon la même scénographie. Car soyons clairs : la communication, c’est avant tout de la mise en scène, pas forcément d’ailleurs pour tromper et dissimuler, mais parce qu’on ne parle pas à ses potes comme on parle à la population française ou à son conseil d’administration.

Soigner la forme
pour faire passer le fond

Ce constat, que tant de managers tiennent pour évident en temps normal, a curieusement tendance à être oblitéré en cas de crise : et pourtant, à ce moment-là, une présentation ou une mise en scène défaillante, c’est l’assurance de se faire « dépoiler » !
Alors, à soigner, dans le désordre : ton de la voix, posture physique, vêtements, décor, visage (on ne fait pas passer un message du type « tout va bien, braves gens » avec une figure de mort-vivant), etc.
Un (bon) consultant en communication vous apprendra tous les trucs qui marchent.

Michel Audiard. Crédit : Babelio.com

Michel Audiard. Crédit : Babelio.com

Michel Audiard, 1920-1985,
dialoguiste, scénariste et réalisateur de cinéma

Ses dialogues témoignent de l’irrévérence des années 1960 et de la gouaille du parisien. Il est le père du scénariste et réalisateur Jacques

Jacques Audiard crédit Wikipedia
Jacques Audiard crédit Wikipedia

Audiard, récompensé aux César du cinéma et par la Palme d’or du Festival de Cannes 2015. Scénariste et dialoguiste : Les Trois Mousquetaires, L’Ennemi public numéro un, Le rouge est mis, Retour de manivelle,  Maigret tend un piège, Les Misérables, Les Grandes Familles, Archimède le clochard, Maigret et l’affaire Saint-Fiacre, Les Vieux de la vieille, Un taxi pour Tobrouk,  Le Président, Le cave se rebiffe, Un singe en hiver, Mélodie en sous-sol, Les Tontons flingueurs, Cent mille dollars au soleil, Les Barbouzes, La Métamorphose des cloportes, Ne nous fâchons pas, Tendre Voyou, la Grande Sauterelle et Le Pacha, Mort d’un pourri et Flic ou voyou, Les Égouts du paradis, Le Professionnel, Garde à vue, On ne meurt que deux fois, La Cage aux folles.

Réalisateur : Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause !, Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques, Elle cause plus… elle flingue, Comment réussir quand on est con et pleurnichard, Bons baisers à lundi.
Vous aimerez aussi  Le management selon Michel Audiard, le dialoguiste n°1 du cinéma français 

A lire ou à relire dans la même série
Nietszche, Clausewitz et les bastos…
BlaBlateurs & Co !
On n’a jamais empêché les gens de dire des c……..! 
La retraite, faut la prendre jeune… 
Un manager, au fait, ça sert à quoi… 
Managers, méfiez-vous de la dictature des experts !
Managers, c’est l’imagination qui vous sortira de la crise !
La peur du gendarme, levier de management toujours efficace
Laissez tomber le héros, soyez le manager qu’on attend
“Gérer une crise avec Michel Audiard” le petit guide pour manager dans la mouise, de Guillaume Déderen,  est sorti le 29 avril 2015 aux Editions du Net. Pour en lire plus cliquez sur  Le management selon Audiard 



Article précédentKazuo Inamori, bouddhiste, altruiste et grand patron
Article suivantSilicon Valley : la française Mathilde Collin défie les machos
Guillaume Déderen, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, Paris
ENA, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, depuis décembre 2018, conseiller de l’ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne, de 2013 à 2018 conseiller juridique du Gouvernement et de la cour suprême administrative, en tant que rapporteur de projets de lois et de décrets et magistrat. Chef du Département Risques et Crises à l’INHESJ, Premier Ministre (2012-2013); chef du bureau d'expertise des risques majeurs au Ministère de l'intérieur au sein de la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (2009-2011); sous-préfet, secrétaire général adjoint de la préfecture du Nord ; attaché d'ambassade en Ukraine ; éducateur de jeunes en difficulté à l’Orphelins Apprentis d'Auteuil (1997-2001) ; Professeur de lettres (1992-1996) à Sartrouville. Il a publié « La Beauté sur les genoux. Détours carnavalesques dans "Une saison en enfer" d'Arthur Rimbaud » Parade sauvage. Revue d'études rimbaldiennes (n° 25) - Classiques Garnier (2015) ; « Dictionnaire Rimbaud » Classiques Garnier 2015, et « Gérer une crise avec Michel Audiard : petit guide pour managers dans la mouise » Les Editions du Net (2015)