Dans mon entourage, une amie  vient de recevoir une bonne nouvelle : elle a obtenu une place de rêve dans une entreprise de rêve basée à Moutain View. Elle a osé utiliser son réseau pour avoir accès à cette entreprise et profiter de soutiens dans sa démarche à l’extérieur de l’entreprise.  Elle a osé postuler sur un métier qui n’est pas le sien dans une industrie qu’elle ne connaît pas. Bref, un saut dans le vide comme peu de femmes osent le faire, et qui lui a pleinement réussi !

1 –  Si vous êtes vous-même une femme

Demandez-vous si vous osez autant que vos collègues masculins ou vos équivalents hommes chefs d’entreprise. Votre ambition est-elle de même nature ? Vous pensez-vous aussi apte au grand succès que les autres ?  En effet, si vous n’êtes pas vous-même exemplaire, comment voulez-vous que vos équipes le soient ?

2 –  Si vous avez des femmes parmi vos collaboratrices

Ayez conscience qu’elles seront sans doute plus discrètes que leurs équivalents masculins sur leurs ambitions et leurs succès. Questionnez-les et inspirez-les. Si elles vous semblent brillantes, plantez des petites graines pour plus tard en leur demandant “dans 2 ans, où t’imagines-tu ?
Lecture connexe Femmes, comment briser enfin le plafond de verre

3 –  Ne permettez-pas les “mises de côté de leur propre fait”

Sheryl Sandberg,  DG de Facebook, raconte ainsi une anecdote. Elle organise une réunion où il manque deux chaises pour accueillir tous les professionnels présents. Les hommes s’assoient, deux femmes se mettent automatiquement à l’écart, malgré une invitation soutenue de Sheryl de venir à la table. Dans sa politique “tolérance zero”, elle les a convoquées tout de suite après la session pour leur expliquer vertement que leur comportement était intolérable au sein de la structure.
Lecture connexe   Femme cadre, vous êtes l’avenir de l’entreprise

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Le rapport de l’OIT Femmes d’affaires et femmes cadres

Ce rapport montre combien il est encore très difficile pour les femmes de devenir directrices générales ou de siéger au conseil d’administration d’une entreprise. Bien que le nombre de femmes d’affaires et de femmes cadres progresse, elles continuent d’être écartées de la prise de décisions économiques à haut niveau,  malgré les dix dernières années de militantisme destinées à briser le «plafond de verre» qui empêche les femmes d’occuper des postes les plus élevés.
Lecture connexe  5 idées reçues sur la femme dirigeante

Principaux obstacles qui empêchent les femmes d’accéder aux postes de direction

1 – Elles ont davantage de responsabilités familiales que les hommes
2 –  La culture d’entreprise s’adresse en priorité aux hommes
3  – Le manque d’expérience des femmes dans la direction générale ou la gestion d’une activité
4 –  Peu de modèles de rôle existent pour les femmes
5 – Les hommes ne sont pas encouragés à prendre des congés pour assumer des responsabilités familiales
6 – Absence de politiques et programmes favorisant l’égalité dans les entreprises
8 – Stéréotypes dont sont victimes les femmes
9 – Manque de formation aux fonctions d’encadrement pour les femmes
10 – Manque de solutions de travail flexible
11 – Manque de stratégies permettant de fidéliser les femmes qualifiées
12 – Discrimination inhérente fondée sur le sexe dans le recrutement de la promotion
13 – L’encadrement en règle générale considéré comme l’apanage des hommes
14 – Politiques d’égalité hommes/femmes peu ou pas appliquées
15 – Législation du travail et lois non discriminatoires insuffisantes

Article précédent6 conseils pour gagner en bourse
Article suivantComment gérer un chef tyrannique
Myriam Boniface, Contributeur expert
Fondatrice et dirigeante de Nicomak, Myriam intervient auprès de clients ETI et grands comptes sur les problématiques d'éthique, de diversité et de développement durable. Elle œuvre à l’écriture de stratégie de dialogue avec les parties prenantes, d'études de prospective ou d'accompagnements opérationnels par l’organisation de formations pour les cadres et les dirigeants, ou pour des événements de grande envergure de mobilisation interne. Diplômée de Sciences Po Paris et de la Whrton School of Business, Myriam écrit sur l’entrepreneuriat, les innovations managériales et de business models. https://fr.linkedin.com/in/myriamboniface/fr