Publicité
Publicité

La cravate est-elle devenue ringarde ?

La cravate est-elle devenue ringarde ? Aujourd'hui, de nombreuses professions l'abandonnent, seuls des secteurs traditionnels comme la banque, la finance, ou les grands groupes font de la résistance et arborent toujours avec fierté d’une manière grégaire le costume sombre et la cravate sobre. La prolifération des startups serait-elle fatale à la cravate bon chic bon genre, certes personne n’a vu Steve Jobs avec une cravate ou chez nous Xaviel Niel ou encore Marc Simoncini. Mais est-ce que cela sonne son arrêt de mort pour autant ?

infographie sur la cravate

PUBLICITE

Start up, génération Y et X et cravates

La nouvelle économie et le monde digital se sont déliés de ces artifices vestimentaires. Cette évolution du comportement des cadres et des dirigeants en matière de tenue correspond plus largement à un changement de logiciel et de code de conduite. Il est fini le temps où juste en analysant les vêtements d’un cadre on pouvait  le rattacher à un milieu professionnel, ou un métier, ou encore une culture. Le costume cravate était portée par la communauté des cadres, plus ou moins sombre, plus ou moins strict qui véhiculait  une image et une appartenance arborée avec fierté.

Un vent de liberté
avec la nouvelle génération de cadres

Le vendredi décontracté – le casual wear – est venu perturber cette monotonie de ton et cette grisaille conventionnelle, et vrai tournant  est arrivé avec Steve Jobs qui a révolutionné le look de l’entrepreneur avec son jean et son col roulé noir. Comme un vent de liberté qui coulerait sur la nouvelle génération qui revendique  son autonomie.  Cette évolution marche avec celle du travail qui se fait de plus en plus en nomade, de n’importe quel endroit, à distance, en télétravail, et call conf. Une manière de mieux travailler, de concilier le travail avec sa vie personnelle, et d’être plus productif.

PUBLICITE

Sanctuaire de la cravate
et terre sauvage du col défait

Cohabitent dans la vie professionnelle des sanctuaires de la cravate et des terres sauvages où le col défait est de mise. Si vous devez vous présenter pour la première fois dans un environnement professionnel que vous ne connaissez pas bien, mieux vaut vous armer d’une cravate qui représente le respect d’une norme pour l’occasion et de ceux qui vous accueilleront, de toutes les façons si vous vous rendez compte que cet appendice de tissus est incongru aux yeux de ceux qui vous accueillent, vous pouvez facilement l’enlever. On se rend compte que le même cadre qui jouera les Steve Jobs dans sa startup abritée dans un incubateur appréciera de mettre une cravate les soir pour aller à une soirée, un anniversaire, et  fin du fin, il arborera un nœud papillon qui nous ramène au siècle dernier et au signe notable de l’establishment, du notaire, du psychiatre ou encore du chirurgien. Non, la cravate n’est pas morte.
Vous aimerez aussi  Avez-vous le look de l’emploi ?

La cravate suit modes
et codes mais résiste

Certains cadres ont besoin de porter un costume et une cravate pour faire leur travail, pour eux ce petit bout de tissus noué autour du coup leur permet de mieux séparer le personnel du professionnel. Richard Branson brandit une paire de ciseau pour découper la cravate du contrevenant, selon lui a priori il serait plus heureux en renonçant à la tenue des affaires, de manière paradoxale il diminue la liberté, au lieu de laisser chacun s’exprimer selon sa sensibilité.  Ces évolutions ne signifient pas que porter la cravate est devenue un vague souvenir de vieux. Reste toujours  l’envie de bien s’habiller, et revenir au costume cravate est maintenant une solution classique et sûre, d’autant plus appréciée que devenue rare…! La cravate en a vu d’autres, elle suit les codes de la mode, change de tissus, de couleurs, de largeur – entre les années 1960 et les années 1980, elle aurait pris  14 centimètres  – et de sexe en étant adoptée par les femmes, elle fait le régime pour devenir fine  reléguant le nœud papillon aux grandes occasions.
Vous aimerez aussi  Cadre au bureau : comment être au top cet été

Gratuit : recevez les Newsletters

Laila Triden, Nice

Laila Triden, Nice

3 réactions

  1. Hervé Strobbe

    Hervé Strobbe

    20 août 2016 à 14 h 26 min

    le vrai problème; c’est que ce n’est pas un bout de tissu qui fait la compétence…

  2. Hervé Strobbe

    Hervé Strobbe

    20 août 2016 à 14 h 25 min

    elle a toujours été, en ce qui me concerne, sauf pour jouer avec le chat

  3. Lucie Hurtubise

    Lucie Hurtubise

    20 juillet 2016 à 3 h 37 min

    NON !!!!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x