Publicité
Publicité

Nietzsche : 5 leçons de management

Crédit photo : yourbest100.com

Crédit photo : yourbest100.com

Comment manager en s'inspirant des idées du philosophe allemand Nietzsche ? Voici 5 leçons qu'en a tirées le directeur éditorial de Entrepreneur.com.

Je m’inscris gratuitement à la Newsletter

Dans un article* publié sur le site Entrepreneur.com., son directeur éditorial, Ray Hennessey, nous explique comment les entrepreneurs pourraient tirer profit des idées du philosophe allemand Friedrich Nietzsche pour développer au mieux leurs affaires. Cinq concepts tirés des idées de Nietzsche peuvent s’appliquer au management moderne, explique Hennessey. Nous en reproduisons les grandes lignes basées sur la même philosophie de vie : éviter toutes les doctrines et chercher sa propre voie.

Casser les idoles avec un marteau

Dans son livre Crépuscule des idoles publié en 1889, Nietzsche explique comment il faut prendre un marteau pour casser nos idoles. C’est sur ce principe que repose l’esprit entrepreneurial : les idoles représentent le statut quo qu’il faut éviter à tout prix. Il est important de savoir se renouveler et cela permet de réussir également.

PUBLICITE

Créer un chaos créatif

Dans son livre paru en 1883 intitulé « Ainsi parla [ou parlait] Zarathoustra« , Nietzsche développe la notion de « sur-homme »  et dit : « Chacun doit toujours avoir le chaos en lui-même pour donner naissance à une star« . De fait, explique Hennessey, il existe toujours une corrélation entre  la créativité et un brin de folie. Il faut être parfois fou pour quitter son job et créer une entreprise. C’est le chaos qui nourrit la créativité et nous savons tous que les idées construisent le business.

Trouver un « père »

Pour un entrepreneur, trouver un père c’est l’équivalent de trouver un mentor. Le père de Nietzsche décéda alors qu’il avait 5 ans et cela eut un impact profond sur toute sa vie : c’est seulement le fils d’un prêcheur luthérien comme Nietzsche qui peut détester autant la religion. Aussi pour Nietzsche « quiconque n’a pas un bon père peut s’en procurer un ». Dans la vie des affaires, les dirigeants ont toujours besoin d’un mentor qui remplace le père et agit comme coach.

Se tourner vers le futur

Nietzsche pensait que le futur influe sur le présent autant que le passé. Il est plus important de prévoir des plans pour résoudre des problèmes dans l’avenir que de regarder vers le passé. Comprendre les enjeux du futur fait partie des clés du succès. Il est essentiel d’avoir une visibilité sur les marchés et les clients. Comprendre où vous voulez aller vous permet de prendre les bonnes décisions pour l’avenir.

Ce qui ne tue pas rend plus fort

C’est l’une des citations de Nietzsche les plus reprises fréquemment : « Ce qui ne tue pas rend plus fort » (tiré du Crépuscule des idoles). Les entrepreneurs tirent des leçons de leurs échecs. Le plus souvent, plus les erreurs sont grossières, plus les leçons qu’on en tire sont importantes. D’où cette idée phare à appliquer pour les entrepreneurs : il faut toujours vouloir rebondir après un échec et prendre sa revanche.

* 5 Lessons Entrepreneurs Can Learn From German Philosopher Friedrich Nietzsche

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

5 réactions

  1. Deschuyteneer

    15 novembre 2013 à 23 h 10 min

    Personnellement, je retiens plutôt l’extrême lucidité de Nietzsche lorsqu’il trace le portrait terrible du dernier homme littéralement consumé par la consommation. Dans « Ainsi parlait Zarathoustra », il écrit entre autres ce qui suit :
    « Il est temps que l’homme se fixe un but. Il est temps que l’homme plante le germe de son espérance suprême. Son sol est encore assez riche pour cela. Mais ce sol, un jour, (…), ne pourra plus donner naissance à un grand arbre.
    Hélas! Le temps approche où l’Homme ne lancera plus par-delà l’humanité la flèche de son désir, où la corde de son arc aura désappris de vibrer. Je vous le dis, il faut avoir encore du chaos en soi pour enfanter une étoile dansante. Je vous le dis, vous avez encore du chaos en vous. Hélas ! Le temps vient où l’homme deviendra incapable d’enfanter une étoile dansante. »
    Accoucher d’une étoile, ça pourrait vouloir dire : accoucher de quelque chose qui est au-delà du désir habituel, au-delà de la recherche de la satisfaction immédiate. C’est chercher à atteindre quelque chose qui est au-delà de soi-même. L’idée, c’est qu’on est à une possible croisée des chemins et qu’il faut donc travailler à faire advenir quelque chose de nouveau, à créer en quelque sorte des valeurs nouvelles qui vont transformer l’existence (cf. l’entretien diffusé sur Arte entre Céline Denat et Raphaël Enthoven). Contrairement à ce que d’aucuns pensent, Nietzsche ne serait donc pas le penseur du chaos, mais un penseur de l’ordre, et plus précisément de la hiérarchie. L’homme sain aux yeux de Nietzsche, c’est celui qui parvient à ordonner le chaos (sous-entendu la complexité) qu’il a en lui et qui l’entoure, avec cette idée d’aimer la vie dans toutes ses dimensions, y compris les plus déplaisantes et les plus cruelles au sens usuel du terme. Pour Nietzsche, la souffrance est une école de vie et une façon d’apprendre. À ses yeux, la grandeur de l’homme se révèle à travers l’acceptation, et non le déni de la faiblesse qui lui est propre. Et c’est aussi une grande leçon de vie que nous donne Nietzsche lorsqu’il écrit : « Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. »

  2. Eryck Fenot

    14 novembre 2013 à 14 h 45 min

    Idées intéressantes, qui de toutes façons amènent à réfléchir et s’interroger. Dans la gestion de l’équipe de compétition de mon club, je ne cesse de leur rappeler la 5ème « Ce qui ne tue pas rend plus fort » afin de les amener à analyser leurs défaites et à en tirer des leçons pour les matchs suivants.

  3. Yannick Harzer

    14 novembre 2013 à 12 h 03 min

    Il y a un gros bémol : pour avoir étudié le personnage, Nietzsche était un être acide, méprisant et profondément asocial. Tout respire le mal être chez lui. Je ne suis donc absolument pas convaincu qu’il eût été lui-même un bon manager, plutôt aux antipodes des qualités plus que jamais nécessaires de nos jours. Alors laissons-le là où il doit demeurer à mon sens : dans son siècle et le plus loin possible de nos esprits.

  4. Thierree

    13 novembre 2013 à 11 h 19 min

    Quoi de plus pertinent que les humanités pour parler de management et d’hommes! J’aime beaucoup le contenu et surtout le ton de l’article.

    • miquel

      3 décembre 2013 à 18 h 21 min

      N’est-ce pas paradoxal de mobiliser Nietzsche pour l’entreprise, alors qu’il critique la société marchande dans laquelle il vit? Et merci de citer des citations exactes, quand on met des guillemets: Nietzsche n’a jamais écrit « Chacun doit toujours avoir le chaos en lui-même pour donner naissance à une star », ce qui le ramène à une plate affirmation pour star académie et star système à l’opposé de sa pensée. La phrase est: « Chacun doit avoir en soi sa part de chaos pour donner naissance à une étoile. » A vous de méditer la différence…

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x