Publicité
Publicité

Trouver un emploi après 40 ans

© ChantalS - Fotolia.com

En matière d'emploi, la discrimination par l’âge commence désormais dès 40 ans. Quelle stratégie adopter dès lors que vous avez atteint cet âge ? Conseils d'une experte pour trouver un emploi après 40 ans.

Une étude récente réalisée par le centre de recherche sur la retraite de l’Université de Boston confirme que beaucoup d’entreprises émettent des réserves en matière de recrutement de seniors, basées sur des préjugés – par exemple, les seniors auraient moins d’énergie, des exigences salariales, et présenteraient un blocage vis à vis des NTIC. Il fut un temps où la discrimination par l’âge concernait des hommes et des femmes approchant de l’âge de la retraite, c’est-à-dire après 60 ans. Or, avec l’impact croissant des technologies modernes, la discrimination par l’âge commence désormais dès 40 ans. Quelle stratégie adopter en matière de recherche d’emploi dès lors que l’on a atteint cet âge ? Voici quelques conseils donnés par Abby M. Locke sur son blog.

PUBLICITE

1 – Poussez
votre marque personnelle

Si cela fait plus de dix ou quinze ans que vous ne vous êtes pas mis en quête d’un emploi, vous allez vous retrouver aujourd’hui dans une situation de compétition extrême avec d’autres cadres. Ajoutez le facteur âge à l’équation à deux inconnues, et vous allez devoir identifier des façons de vous différentier par rapport à d’autres demandeurs d’emploi et prouver aux employeurs en quoi vous valez mieux que vos concurrents. Un des moyens les plus sûrs pour commencer est de travailler votre marque personnelle. En faisant une auto-évaluation approfondie, vous identifierez les forces qui font votre différence, vos aptitudes personnelles et la vraie valeur que vous pouvez promettre à des employeurs potentiels.
Voici quatre questions auxquelles vous devez répondre pour bien construire votre proposition de valeur : Quels sont les aspects de votre travail que vous appréciez le mieux ? Quelle est votre spécialité et/ou votre meilleure expertise, autrement dit quelle est votre excellence ? Qu’est-ce qui, dans votre passé, votre formation, votre expérience, vous différencie de vos pairs ? De quelle façon souhaitez-vous être perçu ? Enfin, demandez à vos collègues, collaborateurs et managers comment ils vous perçoivent et quelles sont vos forces, de leur point de vue.
Lecture recommandée  Comment influencer avec votre Personal Branding

2 – Développez
un CV « Age Friendly »

Votre CV joue un rôle capital dans votre recherche d’un job et constitue l’un des premiers outils que les employeurs potentiels vont utiliser pour évaluer le bien-fondé de votre candidature. Vous avez à la fois besoin de mettre l’accent sur l’étendue de votre expérience, et éviter d’inclure de l’information qui vous “vieillisse”. Voici quelques techniques qui vont vous aider à neutraliser votre âge sur votre CV. Encapsulez votre expérience ou vos postes un peu anciens dans un petit paragraphe sans inclure de dates (privilégiez le qualitatif au quantitatif). Retirez les dates du paragraphe “formation initiale”.

PUBLICITE

Simplifiez votre nombre réel d’années d’expérience en indiquant sobrement : plus de 15 ans ou moins de 15 ans dans l’en-tête de votre CV. Les réalisations un peu anciennes mais qui sont néanmoins importantes pour la compréhension et l’intérêt de votre parcours peuvent trouver leur place dans un paragraphe que vous nommerez “points forts”, « faits marquants » ou “réalisations importantes”. Ne vous privez pas d’inclure des activités telles que le bénévolat ou plus globalement tout ce qui n’est pas de la sphère professionnelle, afin d’atténuer les questionnements de l’employeur concernant votre vitalité et votre énergie. Mettez en avant vos formations en informatique et en bureautique pour montrer que vous êtes à la page en ce qui concerne les technologies les plus récentes.
Lecture recommandée Comment présenter les périodes sans emploi dans votre CV

3 – Entraînez-vous
bien aux entretiens

Quel que soit votre âge, de l’entraînement, de l’entraînement, de l’entraînement ! Pour vous préparer, vous pouvez par exemple suivre les conseils suivants : faire des recherches approfondies sur l’entreprise via Internet, et si possible trouver sur Google les noms des personnes qui vont vous recevoir en entretien. Prenez connaissance du plus grand nombre d’informations possibles sur les tendances du secteur concerné et sur les événements susceptibles d’impacter l’entreprise. Préparez-vous au grand jour en faisant des interviews préparatoires avec un ami (ou comme je l’ai fait, face à votre chat). Créez une histoire intéressante autour du succès de vos réalisations professionnelles et parlez-en lors de l’entretien.
Lecture recommandée  Entretien de recrutement : les 46 erreurs les plus courantes à éviter

4 – Refaites-vous un look

Votre tenue, vos accessoires et votre apparence physique donnent une impression qui doit être aussi professionnelle que possible au recruteur, autant que votre CV. Faites tout votre possible pour vous montrer sous votre meilleur jour, demandez leur avis à votre famille, vos amis et pourquoi pas à un consultant en image, pour vous assurer que votre costume, votre coiffure et vos accessoires jouent réellement en votre faveur.
Lecture recommandée  Avez-vous le look de l’emploi ?

5 – Rejoignez des réseaux solidaires

A côté d’événements traditionnels de réseautage, il existe des organisations qui proposent une aide émotionnelle et du soutien pour des professionnels âgés de plus de 40 ans en recherche d’emploi. Fouillez le web, il existe ce genre d’associations un peu partout. Leurs conseils et l’effet groupe vous seront très précieux.

Gratuit : recevez les Newsletters

7 réactions

  1. Hope

    16 avril 2015 à 11 h 47 min

    L’âge est le premier facteur de discrimination à l’embauche en France…Je suis dans le même cas que N40, j’ai 43 ans, j’envoie plusieurs cv et lettres de motivation pour un emploi qui correspond parfaitement à mon profil et là …rien le néant, pas un seul entretien, avec chance un mail de réponse mais de toute façon qui s’avère négatif. C’en est navrant, les chiffres du chômage continuent d’augmenter et je comprends pourquoi maintenant. J’ai l’impression que passé 40 ans dans ce pays, on n’est plus bon à rien … Aller voir ailleurs ?

  2. N40

    18 février 2015 à 7 h 32 min

    Je confirme ce qui est dit, j’ai 44 ans et je n’obtiens aucun entretien ni même de réponse à mes candidatures, pourtant plus de 10 ans de commerce et lorsque je réponds pour de la mise en rayon, si j’arrive à avoir une réponse, c’est pour dire que je ne corresponds pas aux critères …. J ai essayé d’enlever l’âge et toutes les dates, j’ai eu un entretien avec au préalable un mail disant mon CV très intéressant ….. Mais…… pas de nouvelles.

  3. Jacj

    29 janvier 2015 à 16 h 39 min

    C’est tout simplement honteux de lire cela. Demain, les salariés dans les entreprises auront entre 25 et 35 ans, les autres ne travailleront pas ou plus… Le monde s’effondrera, tout simplement.

  4. F*ck le chômage !

    20 mai 2014 à 19 h 55 min

    Ca me fait quand même vraiment c…er de lire ça. Alors entre 25 et 30 ans, on vous rembarre parce que vous n’avez pas assez d’expérience, et à partir de 35/40 ans on est trop vieux pour faire du bon travail ???!!! Mesdames et messieurs les RH qui font cette discrimination, sachez que la qualité d’une personne ne se fait pas sur son âge, ni sur son expérience mais bien sur son attitude. De l’expérience ça se transmet et la technique ça s’apprend. Alors qu’avoir la bonne attitude pour être un élément moteur, ça ne s’apprend pas et surtout, ça ne prend pas de rides (c’est comme le bon vin). Alors faites confiance à un jeune, responsabilisez un « ancien » et vous verrez la magie opérer. L’ancien retrouvera sa jeunesse et le jeune mûrira plus rapidement. A bon entendeur et merde au chômage !

  5. NonDeDiou

    15 mai 2014 à 18 h 19 min

    En effet, très effrayant, voire diabolique! On marche vraiment sur la tête! Les jeunes arrivent de plus en plus tard sur le marché (en moyenne 25/26 ans). A 40 ans,soit après 15 ans d’expérience, ils ne sont même pas en milieu de carrière (si on suppose que l’on travaille 40 ans)…sans compter les périodes de chômage ou de non activité. Je propose de faire bosser les enfants dès leur entrée en 3ème car au rythme où ça va, on sera senior à 30 ans!!! Pathétique et lamentable : honte aux entreprises qui fonctionnent selon la logique décrite dans cette enquête de l’université de Boston. Par ailleurs, il n’y a rien de tel pour favoriser la sclérose en plaque organisationnelle et empêcher la mobilité externe…On a presque peur de quitter sa boîte après 40 ans…

  6. P

    14 mai 2014 à 17 h 25 min

    Lorsque j’ai commencé ma carrière dans le recrutement en 98 dans un grand groupe les quinqua ciblaient les 55 ans ; avec une règle d’interdiction d’embauche (heureusement maintenant révolue). Les années passent et les seniors rajeunissent 50 ans, puis 45, maintenant 40. Dans dix ans les seniors seront-ils les plus de 35 ans ? Effrayant !

    • Hebacker

      4 août 2014 à 11 h 42 min

      J’ai lu votre article avec intérêt et souhaite y apporter mon témoignage. J’ai 57 ans et j’ai été embauchée dans le cadre d’un plan senior il y a 3 ans. A la suite d’un plan social de mon entreprise (secteur bancaire) j’ai perdu mon emploi. Certains ont opté pour une des solutions proposées : le départ en retraite anticipé. D’autres ont eu la chance de bénéficier d’un reclassement interne (très peu). Sans commentaires, juste des faits.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x